Cuba et son rhum

L’île de Cuba et son rhum

Le rhum est associé à piraterie, flibusterie et corsaires. L’île de Cuba et son rhum a longtemps été considérée comme l’île où les pirates enterraient leurs trésors volés aux Espagnols qui, eux-mêmes. Ils pillaient les populations au Mexique et au Pérou surtout. On raconte même que dans la péninsule de Guanahacabibes, dans la province de Pinar del Rio, il existerait encore des trésors enfouis dans le sable des plages.

Le broyeur de canne à sucre qui produit le jus de canne ou <i>guarapo</i>.

Le Musée du rhum Havana Club est là pour nous rappeler tout le savoir-faire des Cubains dans la distillation de ce précieux jus extrait de la canne à sucre, implantée dans l’île avec la venue de Christophe Colomb.
Alors, vous découvrirez comment on cultive cette graminée précieuse pour ensuite en extraire, à l’aide d’immenses centrifugeuses installées dans la centrale sucrière (ou ingenio en espagnol), le sucre et la mélasse à la base de tout bon rhum qui se respecte.

La maquette miniature est un petit chef-d’œuvre.

Rien n’est oublié, ni les champs de canne à sucre, ni les wagons du chemin de fer qui sert à transporter à la centrale la canne qu’on coupait auparavant à la machette, ni la raffinerie avec son immense cheminée qui fume.

Vous assisterez à la fermentation du précieux liquide encore blanc composé de mélasses, de levures et d’eau pure, puis à sa distillation dans des serpentins en cuivre, et à son vieillissement dans d’immenses fûts et tonneaux de chêne, mais jamais on ne vous livrera le secret qui fait du rhum cubain une eau-de-vie exceptionnelle et réputée dans le monde entier. Le maître rhumier ou goûteur professionnel entrera alors en scène pour déterminer quand le rhum sera suffisamment à maturité et prêt à être embouteillé.

Aussi, vous terminerez votre visite en descendant l’escalier construit autour d’une colonne de distillation pour pénétrer dans le bar feutré aux mille miroirs où vous pourrez humer, visualiser, déguster et apprécier les différentes variantes du rhum cubain. Cette visite vaut vraiment le détour.

L’édifice Bacardi

La célèbre firme de rhum Bacardi était basée à Cuba. Lorsqu’elle fut nationalisée par le gouvernement révolutionnaire, les propriétaires s’enfuirent à Porto Rico, où ils emportèrent avec eux le fameux label de Bacardi. S’ensuivit une longue querelle juridique.

Longtemps, on a longtemps prétendu que Barcardi constituait l’authentique rhum cubain, mais les amateurs de vrai rhum devront reconnaître que ce rhum est une pâle réplique du Havana Club cubain. L’édifice Bacardi est un joyau de l’architecture Art déco d’inspiration catalane. Construit en 1930, sur la rue Monserrate, à l’angle de la rue San Juan de Dios dans la vieille Havane.

De plus, il fut longtemps considéré comme le plus haut de Cuba avec ses douze étages. Vous pouvez actuellement visiter son immense hall d’entrée fait de marbre de différentes couleurs qui court du plancher au plafond.  Et surtout admirer son revêtement extérieur fait de granit rouge de Bavière. Au sommet de l’édifice en forme de ziggourat, vous apercevrez l’emblème de la chauve-souris. On promet, pour le 500e anniversaire de La Havane, l’an prochain, l’ouverture d’un bar au deuxième étage.


There is no ads to display, Please add some