ouragan Michael à Cuba

L’ouragan Michael à Cuba a eu son plus grand impact dans la province de Pinar del Rio (photos)

L’ouragan Michael à Cuba a eu son plus grand impact dans la province de Pinar del Rio

Date 09/10/2018

Le passage de l’ouragan Michael a été fortement ressenti dans l’ouest de Cuba, mais l’impact le plus important est signalé dans la province de Pinar del Rio, où son centre n’est passé que 15 kilomètres au sud-ouest de Cabo de San Antonio, la plus extrême. ouest du pays.

La presse d’Etat a annoncé que la province de Pinar del Rio avait subi des dommages considérables, principalement causés par une forte mer, des inondations et de violentes rafales de vent.

Effondrement de la rue Virtudes dans la ville de Pinar del Río. Photo: Belkys Pérez Cruz / Tele Pinar.

Les fortes houles sur les côtes sud et ouest de la province la plus occidentale de Cuba ont gravement endommagé les bateaux et la plupart des quais de pêche en raison des inondations côtières.

Un nombre important de routes de Pinar del Río sont restées fermées en raison de la chute d’arbres et de lignes électriques. Des dégâts importants sont également signalés sur les toits des résidences et des bâtiments de l’État.

Distribution des inondations Ceferino Fernández dans la ville de Pinar del Río. Photo: Radio Guamá

Le système électrique du pays du tabac a subi des dommages importants et plus de la moitié des clients de la province (55 000 foyers) sont toujours sans service après le passage de l’ouragan.




Selon la télévision cubaine, plusieurs villes côtières restent au secret après avoir été signalées dans certaines d’entre elles ayant pénétré dans la mer à 50 mètres. Les dernières informations fournies par la Défense civile faisaient état d’environ 500 personnes évacuées sur ce territoire occidental.
Impact sur l’île de la jeunesse. Photo: Are Casañola, président du gouvernement de la municipalité spéciale

Dans la province d’Artemisa, les pluies n’ont pas été importantes, mais un grand nombre de personnes ont été évacuées dans les zones de Playa de Majana et les villes de Cajío et Guanímar, exposées aux inondations côtières.

Isla de la Juventud a également signalé des dégâts dus au passage de Michael. 70% de la population était sans électricité et les vents ont affecté les bâtiments publics ainsi que les résidences.

En raison de la détérioration des conditions météorologiques, les autorités cubaines ont suspendu le service de transport en commun d’autobus à destination et en provenance du territoire de Pinar del Rio, ainsi que les activités aquatiques sur les côtes nord et sud de la partie occidentale du pays.


There is no ads to display, Please add some

5 commentaires sur “L’ouragan Michael à Cuba a eu son plus grand impact dans la province de Pinar del Rio (photos)”

  1. la force de cuba est de toujours se releve grace a l etat qui fait tout pour se relever mais dans les medias occidentaux les ouragans ne passent que par les USA

  2. JP Ruiz, un admirateur du régime Cubain, semble-t-il, bravo ! Il a raison, sur le fait que les médias relatent presque uniquement les dégâts ax USA, c’est injuste, mai il faut quand même se souvenir que les fameux “médias” ne sont pas forcément bienvenus à Cuba. JP Ruiz s’est-il donné la peine de rentrer dans une Pharmacie Cubaine ? Pas une Pharmacie “internationale” comme celle où on m’a redirigé à Camagüey, où j’ai trouvé de l’aspirine, alors que le “Pharmacie ” du Peuple n’en avait même pas dans ses rayons quasiment vides…et s’est-il donné la peine de voir à quoi une Clinique ressemble ? Je l’ai fait à Trinidad, les clients sont des Etrangers (Canadiens, Américains), les soins sont payants (peu pour les étrangers par rapport à leur pays, une fortune inaccessible pour les Cubains). Un peu comme en Inde, mais au moins le Gouvernement Indien ne se targue pas d’avoir le plus idyllique de tous les pays DU MONDE (ce que les Cubains, privés d’échanges avec l’extérieur (pas d’Internet par exemple, ou alors à temps limité avec des cartes donnant lieu à un petit trafic minable), croient dur comme fer pour la plupart d’entre eux. A Vinales, réveil en fanfare vers 7h30 avec la propagande diffusée par hauts parleurs dans toute la ville…Non, les USA ne me font vraiment plus rêver, mais Cuba, pas du tout !!! A 200 kms environ, la Péninsule du Yucatan (et jusqu’au Chiapas), là, il y a de quoi faire un très beau voyage…A Santiago, outre que la visite du ” Château de San Pedro de la Roca” que j’ai payé 100 fois ce qu’un Cubain paie ( 5 CUC font 100 CUP…il y a des limites qui font penser qu’on est vraiment pris pour un …,, à Chichen Itza, Yucatan, j’ai payé 6 fois ce que paie le Mexicain, ça m’a paru “raisonnable, logique”, mais 100 fois… ), Un Cubain m’a affirmé “Nous, Cubains, sommes les plus intelligents du monde”, sans que les présents -Cubains- ne jugent utile de tempérer-…La liste de mes déceptions est longue…

  3. Tu as raison sur le fait que les “méchants ” media Occidentaux ne parlent pas des dégâts à Cuba, mais ont-ils un accès facile à Cuba, et ont-ils ensuite la liberté de ramener les images qu’il/elles souhaitent, et de diffuser sans contrôle ?…j’ai fait il y a environ 2 ans le tour de Cuba, pour moi hélas, c’est un pays sinistré par 60 ans de propagande…Les USA (qui ne me font plus rêver) ont certes une grande responsabilité, mais le fait est que je conseille NETTEMENT d’atterrir à 200 kms environ de Cuba, au Yucatan, y louer une voiture (A Cancun pour une bouchée de pain si on ne prend pas un 4×4 inutile), faire le tour de la Péninsule, par Valladolid, Chichen Itza, Merida, Campeche, jusqu’à Palenque, San Cristobal au Chiapas, et découvrir des merveilles qui dépassent largement Cuba en nombre, dans un pays CIVILISE, avec un peuple TRES majoritairement adorable. Un peu plus cher que Cuba, mais au moins presque tout fonctionne ! Ouvrez les yeux ! Cuba n’est pas un paradis, sauf peut être celui du délabrement et de la pénurie !!! Et la musique qui nous fait rêver, elle est maintenant circonscrite à quelques endroits touristiques… il faut la chercher !!!

  4. et si le blocus économique de cuba par les usa n’existait pas, il serait plus facile de faire des transactions donc d’acheter des médicaments par exemple. Et si vous pensiez que le paradis arrive tout seul je comprends que vous soyez décus. Mais peut etre les cubains auraient eu plus d’enseignement, plus de soins sous le règne du paradis de batista.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *