Pétrole à Cuba

Pétrole à Cuba: Livraison compromise vers l’ile

Venezuela: Guaido veut suspendre la livraison de pétrole à Cuba

Le Parlement vénézuélien, dominé par l’opposition, a adopté lundi un décret suspendant les livraisons de pétrole à Cuba arguant de la “situation calamiteuse” du pays qui subit une panne d’électricité entrée lundi soir dans sa cinquième journée.

L’Assemblée nationale a appuyé une proposition de son président Juan Guaido, chef de l’opposition qui s’est proclamé président par intérim le 23 janvier et a demandé aux députés de décréter l’état d’alerte, face à “la tragédie” que vit le Venezuela depuis jeudi après-midi.

Une telle décision, si elle était appliquée, pénaliserait gravement l’île et le régime cubain, principal soutien avec la Russie et la Chine du président vénézuélien en exercice Nicolas Maduro.

Néanmoins, sa mise en oeuvre reste improbable tant que M. Maduro peut compter sur l’apppui des forces armées, qui ont la main sur l’industrie pétrolière et la plupart des institutions.

M. Guaido défend “des économies d’énergie” au moment où la population est confrontée à la pire crise énergétique dans l’histoire du pays, qui détient les premières réserves mondiales de pétrole.

“Ordonnons la suspension immédiate des livraisons de brut, de fuel et des produits pétroliers” à Cuba, a-t-il lancé.

En vertu d’accords bilatéraux signés du temps d’Hugo Chavez, ex-président décédé en 2013.

Le Venezuela envoie environ 90.000 barils par jour à son allié socialiste, mais ce chiffre officiel aurait baissé de 40% avec la crise que traverse le pays, qui a affecté ses capacités de production, et à cause des sanctions américaines.

L’opposition vénézuélienne accuse Cuba d’ingérence et les services de renseignements cubains d’avoir pénétré l’appareil d’Etat à Caracas. De son côté, Cuba espère rallier le soutien d’une partie de la communauté internationale contre ce qu’elle considère comme une tentative d’agression de la part des Etats-Unis.

Plongé dans une grave crise économique, financière et maintenant énergétique et humanitaire, le Venezuela compte depuis le 23 janvier deux présidents, M. Guaido soutenu par plus d’une vingtaine de pays et M. Maduro qui peut compter sur l’appui de la Russie, de la Chine et de Cuba.

Juan Guaido, 35 ans, s’est proclamé président par intérim. Il conteste la réélection de son rival au cours d’un scrutin jugé frauduleux par la communauté internationale


There is no ads to display, Please add some

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *