Le gouvernement français vient finalement d’accepter par décret l’envoi de médecins cubains dans ses départements d’outre-mer. Un renfort bienvenu pour les médecins antillais pour lutter contre le nouveau coronavirus, mais surtout pour combler les déserts médicaux français. Et pour Cuba, cette crise est une occasion supplémentaire de promouvoir sa médecine internationaliste. De notre correspondante à La Havane, Domitille Piron Le gouvernement français accepte finalement, en pleine crise du Covid-19, d’accueillir des médecins cubains sur son sol. La Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon sont concernés. La sénatrice de la Martinique, Catherine Conconne, se réjouit que son amendement soit passé par décret : « Il a été pris principalement pour renforcer nos CHU. Il nous manque certaines spécialités médicales et nous avons du mal à faire venir des médecins d’Europe. Cet amendement nous permet d’aller puiser dans nos ressources fraternelles cubaines. Donc, pour moi, c’est une victoire, une grande joie. Que ce décret arrive en pleine crise du coronavirus, c’est très bien ». Déjà présents en Italie Cuba compte deux fois plus de médecins par habitant que la France et viendra donc combler ces déserts médicaux. « Aller où personne ne souhaite exercer la médecine », c’est la devise de ces missions médicales cubaines. L’île envoie actuellement ses brigades de blouses blanches dans 38 pays pour lutter contre l’épidémie du nouveau coronavirus. En Europe, l’Italie et l’Andorre ont déjà accepté cette aide cubaine. Dernièrement mise à mal par les critiques d’esclavagisme de son système d’échange médical, et le retrait de ses médecins de pays latino-américains gouvernés par la droite, Cuba, avec cette crise du Covid-19, joue donc la carte de la solidarité en envoyant ses médecins, comme elle l’avait fait en 2014 pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en Afrique.

La France accepte des médecins cubains dans ses départements d’outre-mer

La France accepte des médecins cubains dans ses départements d’outre-mer

Le gouvernement français vient finalement d’accepter par décret l’envoi de médecins cubains dans ses départements d’outre-mer. Un renfort bienvenu pour les médecins antillais pour lutter contre le nouveau coronavirus, mais surtout pour combler les déserts médicaux français. Et pour Cuba, cette crise est une occasion supplémentaire de promouvoir sa médecine internationaliste.

De notre correspondante à La HavaneDomitille Piron

Le gouvernement français accepte finalement, en pleine crise du Covid-19, d’accueillir des médecins cubains sur son sol. La Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon sont concernés.

La sénatrice de la Martinique, Catherine Conconne, se réjouit que son amendement soit passé par décret : « Il a été pris principalement pour renforcer nos CHU. Il nous manque certaines spécialités médicales et nous avons du mal à faire venir des médecins d’Europe. Cet amendement nous permet d’aller puiser dans nos ressources fraternelles cubaines. Donc, pour moi, c’est une victoire, une grande joie. Que ce décret arrive en pleine crise du coronavirus, c’est très bien ».

Déjà présents en Italie

Cuba compte deux fois plus de médecins par habitant que la France et viendra donc combler ces déserts médicaux. « Aller où personne ne souhaite exercer la médecine », c’est la devise de ces missions médicales cubaines.

L’île envoie actuellement ses brigades de blouses blanches dans 38 pays pour lutter contre l’épidémie du nouveau coronavirus. En Europe, l’Italie et l’Andorre ont déjà accepté cette aide cubaine.

Dernièrement mise à mal par les critiques d’esclavagisme de son système d’échange médical, et le retrait de ses médecins de pays latino-américains gouvernés par la droite, Cuba, avec cette crise du Covid-19, joue donc la carte de la solidarité en envoyant ses médecins, comme elle l’avait fait en 2014 pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en Afrique.

La France accepte des médecins cubains dans ses départements d’outre-mer


There is no ads to display, Please add some