La liberté n'est pas une question de port du masque... on tue à Cuba pour s'être exprimé!

La liberté n’est pas une question de port du masque… on tue à Cuba pour s’être exprimé!

La liberté n’est pas une question de masque… on tue à Cuba pour s’être exprimé!

La violence était toujours là, latente, accroupie, cachée aux yeux de ceux qui ne savaient pas ou ne voulaient pas regarder.

Et finalement c’est arrivé : les Cubains sont descendus dans la rue et la dictature cubaine a montré ses griffes au monde . En seulement 24 heures, il a été démontré ce que beaucoup ont dit et beaucoup d’autres ne voulaient pas croire.

Pendant des années, chaque fois que je parle de Cuba, j’ai reçu, d’une manière ou d’une autre, la même question : si les choses vont si mal, pourquoi les Cubains ne protestent-ils pas ?

Ma réponse a toujours été : par peur. Et inévitablement le geste incrédule est venu, Peur ? Plus que Franco ? Plus que Pinochet ? Plus que Maduro ? 

https://cdm.connatix.com/amp-embed/index.html?playerId=ps_0233e830-76ea-4633-871b-89dad6634a45&url=https%3A%2F%2Fwww.cibercuba.com%2Fnoticias%2F2021-07-13-u2-e2-s27068-finalmente-dictadura-cubana-mostro-sus-garras-al-mundo

Oui, nous Cubains avons vécu avec la peur dans le sang, avec la peur génétique, héritée de nos grands-parents et parents qui ont vécu la sauvagerie des tribunaux révolutionnaires, le nettoyage de l’Escambray, les exécutions à La Cabaña. Todo eso quedó marcado con fuego en la mente de los que nos criaron, que nos decían: no te metas en problemas, que no resuelves nada, y si estás muy mal, pues vete del país, como sea, para donde sea, es más assurance.

Le peuple de Cuba doit être très désespéré pour faire ce qu’il a fait le 11J , car historiquement nous avons préféré affronter les requins dans la mer, les jungles d’Amérique centrale et les coyotes mexicains ; telle est la peur que le régime éveille en nous.

Depuis 60 ans, nous, Cubains, faisons cela, en quittant notre patrie, mais même en dehors du message, le message continuait : ne protestez pas, ne vous marquez pas, ne faites rien qui les empêche de vous laisser revenir, ne faites rien qui affecte votre famille.

Et le monde ne nous croit pas, ils ne croient pas qu’il y ait une dictature meurtrière et sanglante à Cuba… ou bien, ils n’y croyaient pas.

Il n’a fallu qu’une journée de protestations massives à Cuba, de protestations spontanées, de protestations des humbles, pour que le régime montre ses griffes et ses crocs sanglants. Il suffisait seulement que les Cubains demandent la liberté pour que la cruauté avec laquelle ils attaquent ceux qui s’opposent puisse être vue, pour que la raison pour laquelle les Cubains ont mis tant d’années à manifester pour protester soit claire.

Les Cubains manifesteront ce samedi devant la Maison Blanche et l'ambassade de Cuba à Washington
Les Cubains manifesteront ce samedi devant la Maison Blanche et l’ambassade de Cuba à Washington

En quelques heures, Miguel Díaz-Canel a déchaîné les hôtes « révolutionnaires » et le sang a coulé. Nous avons vu la police battre des manifestants, blesser des femmes et des enfants sans défense ; Nous les avons vus avec des battes de baseball, des bâtons, des barres d’armature, mais pas seulement, nous les avons vus tirer sur les gens, nous les avons vus assassiner des Cubains.

Les images de la police tirant sur la ville ne peuvent pas être effacées ; à un moment donné, nous en verrons beaucoup plus, car ils ont pris Internet pour commettre leurs atrocités en secret, mais avec lequel nous en avons assez.

Il y a des images de femmes, d’hommes, de jeunes blessés par balle, il y a des rapports de morts, de blessés, d’arrestations massives. Il y a des mères qui découvrent où elles ont emmené leurs enfants .

Le monde doit ouvrir les yeux et se réveiller de ce rêve idyllique que Cuba regorge d’anti-impérialistes barbus. Les peuples et les gouvernements du monde doivent se ranger, une fois pour toutes, du côté du peuple cubain. 

J’espère que c’est déjà clair pour les mécréants, les opportunistes et les égoïstes qui défendent encore le régime, pour ceux qui disent encore que Cuba est un exemple : Cuba est une dictature sanglante et nous, Cubains, l’avons toujours su.


There is no ads to display, Please add some